On abandonne pas pour autant !


Malgré les résultats peu encourageants, ma gynécologue poursuit la batterie de tests, et j’avoue ne plus trop savoir où j’en suis, entre désespoir de m’imaginer déjà infertile et l’espoir que la médecine puisse y changer quelque chose.

Mais de la voir poursuivre malgré tout les examens me rassure; nous suivons l’évolution de l’ovulation, et le jour J j’ai l’ordre de faire des travaux pratiques (sous la couette donc) avec mon compagnon à une certaine heure, afin que le lendemain le médecin puisse faire des prélèvements qui permettront de voir si tout semble normal. C’est le fameux « PCT » (Post-Coïtal Test) ou Test de Hunher visant à déterminer si d’une part, les spermatozoïdes de mon compagnon sont mobiles et si, d’autre part, mon corps les accueille comme il devrait.

Par chance, tout semble normal; un problème de moins !

Le spermogramme de mon compagnon s’avère lui aussi tout à fait normal.

Encore un problème de moins.

Et le sentiment de plus en plus déplaisant que le problème, c’est moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s